La Chasse infinie

chasse

Granit, 1995

Publicités

Une réflexion sur “La Chasse infinie

  1. J’ai vécu onze ans à Montpellier, à un moment de mon existence et de celle de l’Algérie où le pronostic vital, au sens propre, était pour tous les deux incertain. Une décennie au cours de laquelle j’ai mené, à ma manière, « La Chasse infinie », ma chasse infinie, dans un état d’esprit que ces quelques vers de FJT expriment si bien :

    « Laissez-moi vous dire
    qu’ils ont annulé l’oiseau
    laissez-moi
    O laissez-moi vous dire
    qu’ils ont souillé le sable
    non, laissez-moi le silence
    laissez-moi dormir
    O laissez-moi »

    Ces vers de La Chasse infinie, je ne les ai lus qu’en 2004, au moment de la réédition du recueil, une fois retournée à Alger, alors que la bourrasque qui m’avait poussée à chercher refuge à Montpellier s’était calmée, laissant un goût de cendre. N’est-ce pas la force des poètes de nous parler de nous-mêmes par delà la distance du temps et de l’espace ? En tout cas, leur parole nous aide à nous tenir debout et fait intrinsèquement partie de leur personne et des liens qui nous rattachent à eux.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s